Neuralink, le nouveau projet d’Elon Musk qui veut connecter les cerveaux aux machines

Après les fusées, les voitures connectées et l’énergie solaire, Elon Musk regarde maintenant en direction de l’humain augmenté. Avec Neuralink, une toute jeune entreprise, il compte mettre au point une interface homme machine pour connecter le cerveau.

Baptisée Neuralink, la société aura pour tâche, comme son nom le laisse deviner, de créer un lien neuronal entre le cerveau humain et l’ordinateur. Un tel projet pourrait alimenter un certain nombre d’objectifs, comme l’amélioration du développement de l’IA, la possibilité d’accéder à des performances intellectuelles plus importantes, la faculté de contrôler des objets par la pensée ou bien la sauvegarde de sa mémoire.

Tout ceci sonne pour le moment très « science-fiction » et il faudra bien sûr démêler le fantasme de la réalité. Car comme le note The Verge, on ne sait pas grand-chose sur Neuralink, ni sur ses axes de recherche ni sur ses buts précis. Le nouveau cheval de bataille d’Elon Musk s’inscrit en tout cas dans la tendance du transhumanisme qui règne dans la Silicon Valley, avec l’ambition d’améliorer l’humain en le modifiant.

Ce que l’on sait pour le moment, c’est que la société Neuralink a été enregistrée en juillet 2016 en Californie en tant que compagnie de recherche médicale. Sur les réseaux sociaux, Elon Musk a déjà eu l’occasion d’évoquer un « lacet neuronal » sans entrer plus avant dans les détails. Fin janvier, Elon Musk disait envisager d’en dire plus en février. Or, nous sommes fin mars et les informations demeurent confidentielles.

« La limitation fondamentale c’est l’entrée-sortie. Nous sommes déjà des cyborgs, c’est-à-dire que nous avons une version partiale ou numérique de nous-mêmes dans nos mails, nos réseaux sociaux et les autres activités que l’on fait, et nous avons à la base des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications », déclarait-il en début d’année lors d’une conférence».

Il ajoutait : « nous sommes limités par notre système d’entrée-sortie, notamment du côté sortie […]. Par conséquent, il y a plusieurs degrés de différence entre nos systèmes d’entrée et de sortie. Nous fusionner efficacement d’une manière symbiotique avec l’intelligence artificielle nous amènera à dépasser ces limites, en utilisant une sorte d’interface directe, […] un lacet neuronal ».

L’interfaçage entre l’humain et la machine demeure un gros point d’interrogation : de quelle façon cela se fera-t-il ? Par le biais d’un casque bourré d’électrodes qu’il faudra revêtir pour se brancher à son PC ? Faudra-t-il passer par l’étape de la chirurgie et les placer directement dans le cerveau ? Sans doute s’agira-t-il de la phase ultime du développement de Neuralink.

Mais pour cela, il faudra que le fonctionnement du cerveau soit mieux connu alors qu’il continue d’intriguer les scientifiques, qui n’ont pas fini d’en percer tous les mystères.

Source : Numérama. Lire l’article dans son intégralité ici.

Advertisements
Cet article, publié dans Evolutions numériques, Ingénierie du vivant, Technologies, Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s