Des électrodes pour rendre le cerveau plus performant

L’US Air Force a stimulé des pilotes avec des impulsions électriques pour améliorer leur attention.

Plus fort, plus résistant, plus intelligent. L’homme augmenté est un fantasme ancien. Et les militaires ne sont pas les derniers à s’intéresser aux moyens offerts par la technologie pour repousser les limites de l’espèce humaine. En témoigne une étude de l’US Air Force visant à tester l’efficacité de la stimulation électrique transcrânienne (TDCS) sur des volontaires en bonne santé. L’enjeu? Permettre à des personnes soumises à plusieurs tâches simultanées de maintenir un niveau d’attention élevé.

Une vingtaine de militaires trentenaires de la base aérienne de Wright-Patterson, dans l’Ohio, ont été équipés d’une électrode sur la tête, au niveau du cortex préfrontal dorsolatéral gauche, région du cerveau qui participe à la prise de décision, à la mémoire de travail et à l’attention. La moitié recevait un courant de basse intensité (2 milliampères) pendant 30 minutes tout en se soumettant à des tests simulant la complexité du travail d’un pilote d’avion ou de drone qui doit en même temps suivre un signal, écouter des consignes, être attentif à ce qui se passe à l’extérieur et prendre des initiatives. L’autre groupe ne recevait qu’une stimulation électrique de 30 secondes au début du test, puis plus rien.

À l’issue de l’expérience, les membres du premier groupe voyaient leur capacité à traiter plusieurs informations simultanées s’améliorer significativement par rapport à l’autre groupe, rapportent les auteurs dans la revue Frontiers in Human Neuroscience .

Effet durable?

«Ces résultats concordent avec des expériences déjà conduites qui montrent une amélioration des performances cognitives lors de la stimulation de cette région cérébrale», analyse le Pr Emmanuel Haffen, à l’université de Franche-Comté. Les mécanismes sont connus. «Le courant active de façon plus importante le réseau de neurones impliqué dans les facultés d’attention, ce qui permet d’en inhiber d’autres qui pourraient être des facteurs de perturbation. Un peu comme si on supprimait un bruit de fond pour permettre à quelqu’un de mieux se concentrer.»

Pour autant, des questions subsistent. «Outre le petit nombre de volontaires qui réduit la force statistique des conclusions, l’étude ne permet pas de savoir si l’effet observé sera durable après la stimulation: les mêmes bénéfices seront-ils toujours là cinq minutes ou trois jours plus tard?», s’interroge le Pr Emmanuel Poulet (CHU de Lyon). Et à long terme? «Globalement, la TDCS n’induit pas d’effets indésirables notables», indique le Pr Haffen. Mais ces observations sont issues d’essais thérapeutiques sur des personnes malades, où l’exposition est réduite au maximum (pas plus de deux séances par jour, des séries limitées). À ce jour, la TDCS fait l’objet d’essais dans quelques domaines prometteurs: la dépression, la schizophrénie, certains troubles alimentaires ou addictions, la récupération après un AVC.

Mais ces électrodes, faciles à bricoler par soi-même, sont aussi utilisées depuis quelques années par des particuliers pour améliorer leurs performances à l’école ou aux jeux vidéo. Et là, l’usage, tant en intensité qu’en durée, n’est pas du tout régulé. «Le message reste donc de se montrer prudent», conclut Emmanuel Poulet.

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source: sante.lefigaro.fr

Advertisements
Cet article, publié dans Ethique, Evolutions numériques, Services de santé militaires étrangers, Techniques médicales, Technologies, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s