Consulter son médecin reste plus fiable qu’une application

Consultation médicale

A l’heure où la technologie occupe une place importante dans la vie quotidienne, le nombre de personnes se fiant aux applications pour s’autodiagnostiquer ne cesse de croître. Pourtant, il reste encore à prouver qu’elles sont plus fiables que les médecins malgré tous les bénéfices des innovations technologiques en médecine. 

La majorité des applications d’autodiagnostic non homologuée

Face aux erreurs des médecins qui représentent entre 10 et 15% des diagnostics, l’Académie américaine de médecine a fini par recommander le recours à l’intelligence artificielle en 2015. Ce qui a favorisé encore plus le lancement des applications d’autodiagnostic. Il en existerait plus de 100 000 dans le domaine de la santé et du bien-être, rien que dans les stores d’Apple et de Google.

Si quelques-unes de ces applications d’autodiagnostic ont démontré leur utilité, il manque des preuves concernant l’efficacité et la sécurité de la majorité d’entre elles. D’ailleurs, Nathalie Clairoux, bibliothécaire en santé à l’Université de Montréal, a soulevé en 2013 la question de leur homologation. Il serait judicieux de mettre en place une autorité scientifique compétente pour les évaluer et les classer.

Selon le Pr Jacques Lucas, Vice-président du Conseil de l’Ordre des médecins, il est essentiel d’informer clairement le grand public sur les limites de ces applications d’autodiagnostic afin de prévenir les dérives. Cela permettrait par la même occasion de tracer les frontières entre la télémédecine, la santé mobile et l’e-santé.

Les diagnostics établis par des médecins plus rapides et fiables

Compte tenu de la situation, des chercheurs de l’école de médecine de l’Université d’Harvard ont comparé l’efficacité des médecins à celle des logiciels de diagnostic. Si 15% d’erreurs subsistent, l’étude a révélé que les professionnels de santé demeurent plus performants que les applications d’autodiagnostic. Pour aboutir à cette conclusion, ils ont confronté 243 médecins à 23 logiciels.

Le test a porté sur 45 cas cliniques de maladies plus ou moins communes avec des intensités différentes et de maladies graves et rares. Ils sont tenus de poser le diagnostic à partir d’une liste de symptômes. Il en est sorti que 72% des professionnels de santé ont réussi à établir le bon diagnostic contre seulement 34% des applications.

Fait plus surprenant, 84% des médecins ont diagnostiqué des cas de maladies graves et rares contre 50% des logiciels. Or, les praticiens n’ont pas été autorisés à effectuer des examens cliniques. Pour les auteurs de l’étude, il ne s’agit pas toutefois de freiner les innovations mais de les utiliser pour réduire au minimum les erreurs de diagnostic.

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source: allo-medecin.fr

Advertisements
Cet article, publié dans Evolutions numériques, Prise en charge médicale, Télésanté, Techniques médicales, Technologies, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s