Ce que pourra apporter vraiment l’e-Santé

En cherchant à améliorer les résultats pour le patient, l’e santé permettra aussi de réduire les coûts. Par David Bolton, Directeur des Solutions sectorielles pour la Santé, Qlik

Au cours des 10 prochaines années, la technologie utilisée pour analyser les données et les rendre plus accessibles aux personnes concernées, y compris le patient, sera le moteur de la transformation du secteur de la santé.

En France, 45% de la population se dit prête à communiquer ses données de santé à un réseau de soins, et ce taux grimpe même à 76% lorsqu’il s’agit de les confier à un professionnel de santé (étude GNResearch, décembre 2015). Un changement de comportement est en marche, et il aura des conséquences positives si l’on sait tirer profit des données disponibles.

La question de l’accès aux données

L’analyse de ces données pourra contribuer à améliorer la santé de la population. En effet, il sera possible de récupérer toutes les informations sur une population et les utiliser pour faire progresser de façon significative la façon dont nous gérons pro activement la santé de cette même population. Bien que ce type d’analyse soit déjà possible en théorie, l’absence de dossiers médicaux en ligne et de connectivité entre les organisations médicales rend le processus complexe. Si tout le monde avait accès à des données démographiques, des données provenant des hôpitaux, des centres de soins, nous pourrions les analyser afin de proposer des méthodes préventives pour freiner le développement des maladies chroniques qui deviennent un problème au sein d’une population donnée.

 A un horizon de 10 ans, nous aurons un dispositif beaucoup plus clair pour inciter les populations à participer à ce type d’analyse, et réduire ainsi leurs risques de contracter certaines maladies comme le diabète. Un processus qui pourrait s’accélérer avec le soutien des pouvoirs publics.

Personnaliser le parcours de soin et cibler les équipements à mettre en place

Avec un meilleur accès aux données, les médecins pourront à l’avenir surveiller les facteurs de risque, tels que l’indice de masse corporelle et le taux de cholestérol, et intervenir de manière proactive lorsque ceux-ci dépassent la norme. Les patients pourront alors être suivis de façon personnalisée, pour empêcher le risque de se développer. Ce type de données peut également être utilisé à un niveau local, sans avoir accès aux données nominatives. Par exemple, s’il y a un grand nombre de cas d’obésité dans une zone spécifique, la construction d’infrastructures sportives peut être judicieuse. Il s’agit ici de cibler les bons secteurs pour mettre en place les dispositifs nécessaires pour réduire les facteurs de risque locaux.

Améliorer les résultats pour les patients plutôt que rechercher à baisser les coûts

Les technologies big data nous aideront à passer d’un modèle de soins fondé sur les coûts à un modèle de soins fondé sur la valeur. Cela signifie se concentrer sur les résultats des soins plutôt que sur leur coût. Prenons, par exemple, une procédure de remplacement de la hanche. Au Royaume-Uni, le NHS (National Health Service) analyse actuellement le coût de ces procédures, si les patients ont été réadmis après l’opération, combien de temps a duré leur séjour à l’hôpital, et mesure la performance en fonction de ces facteurs. Avec un modèle fondé sur la valeur, vous analyseriez plutôt l’impact de cette opération sur la qualité de vie du patient, la façon dont il a fait face à la douleur post-opératoire, ou comment le processus de rééducation a été géré, par exemple. Les organismes de soins ont constaté qu’en se concentrant sur l’amélioration des résultats pour les patients, plutôt que sur la réduction des coûts, des économies plus importantes étaient générées.

La transformation est en marche en Europe

Cette pratique deviendra commune dans l’avenir, et le changement a déjà commencé. La Suède déploie actuellement des soins basés sur la valeur et modifie la façon dont sont délivrés les soins de santé. Sahlgrenska, l’un des plus grands hôpitaux d’Europe du Nord, a récemment travaillé sur ce type programme au niveau des soins orthopédiques. En identifiant les anomalies et les variations, l’hôpital a été en mesure de réduire les effets indésirables de 18%, les ré interventions de 17%, et d’augmenter le nombre d’opérations de 44%. Ils ont pu ainsi réduire les temps d’attente de plus de 40 jours pour les opérations de la hanche et du genou.

En France, dans le secteur médico-social, des changements apparaissent également. Ressourcial, un groupement social de moyens qui réunit une cinquantaine d’associations et fondations, organismes gestionnaires de soins sociaux et médico-sociaux dans le domaine du handicap et de l’aide aux personnes âgées, a mis en place des applications de pilotage pour ses adhérents. Elles permettent notamment d’accompagner l’évolution de la tarification des soins en donnant aux professionnels une vision affinée de leurs actes.

 Les enjeux de la transformation de notre système de santé pour les années à venir sont importants : améliorer la prise en charge des patients et le parcours de soins, anticiper des épidémies grâce au big data, garantir l’égalité d’accès aux soins pour tous…L’analytique est l’une des technologies phare de l’e-santé et les premiers cas d’applications démontrent la nécessité d’un déploiement généralisé en France et en Europe.

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source: latribune.fr

Publicités
Cet article, publié dans Evolutions numériques, Pathologies liées au vieillissement et à la sédentarité, Pathologies majeures, Réseaux sociaux, Système de santé et gouvernance, Systèmes d'information, Télésanté, Technologies, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s