Nano-médecine : un patch électronique pour mesurer l’activité musculaire et lire les émotions

L’équipe du professeur Yael Hanein, directrice du Centre de nanoscience et nanotechnologie de l’Université de Tel-Aviv, aurait, semble-t-il, développé une alternative non invasive à l’électromyographie (EMG): une procédure médicale qui implique de placer des électrodes à l’intérieur des tissus musculaires.

Prenant la forme d’un patch, facile à utiliser et n’interférant pas avec les activités quotidiennes de l’utilisateur, celui-ci se pose à même la peau et peut-être porté durant plusieurs heures pour enregistrer l’activité musculaire du visage ou de toute autre partie du corps.

Élaboré à partir des méthodes conventionnelles d’impression industrielle “afin de raccourcir le plus possible le processus de développement”, celui-ci est composé de trois éléments : des électrodes de carbone, une surface collante pour adhérer à la peau et enfin un revêtement en polymère conducteur à la structuration nano-topographique permettant les performances des électrodes.

Côté utilisation, les applications semblent nombreuses. Cette technologie pourrait entre autres permettre de cartographier les émotions mais aussi d’améliorer les processus de soins et de réadaptation des patients.

“La capacité à identifier et à cartographier les émotions des personnes possède de nombreuses utilisations potentielles”, explique le Prof. Hanein. “Annonceurs, enquêteurs, journalistes, tout le monde souhaitent tester les réactions des individus à des produits ou à des situations différentes.

Mais aussi pour suivre l’activité musculaire des patients atteints de maladies neurodégénératives et souffrant de troubles moteurs, à l’état de veille et pendant le sommeil.

Dans le secteur des transports, où il serait possible de surveiller les paramètres physiologiques indiquant la vigilance des conducteurs, en collant le patch sur les muscles appropriés.

Dans le domaine de la réadaptation, le patch pourrait venir en aide aux patients souffrant de lésions cérébrales à améliorer le contrôle de leurs muscles et les individus ayant subi l’amputation d’un membre à adapter leurs prothèses à leurs muscles.

Enfin, le patch pourrait également permettre aux chirurgiens de surveiller l’activité cérébrale et la sensibilisation du patient lors d’une opération du cerveau.

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source: journaldugeek.com

Advertisements
Cet article, publié dans Nanotechnologies, Technologies, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s