Laisserez-vous un robot prendre soin de votre santé ?

Vite. Ne réfléchissez pas : répondez le plus rapidement possible. Si je vous demandais d’imaginer un robot du xxie siècle, ultra-moderne, à la pointe de la technologie, à qui ressemblerait-il le plus : R2D2 ou Terminator ?

Serait-il gentil ou méchant ? Aurait-il clairement l’air d’un robot, ou serait-il humanoïde ?

Pourquoi vous poser la question ?

D’une part, parce que cela m’intéresse. L’image qui me vient à l’esprit est généralement plus proche d’un Terminator – un robot fait à l’image de l’être humain, mais doté de compétences supplémentaires (et pas forcément malintentionné). Je pense que beaucoup de gens sont comme moi. Mais ce n’est pas un reflet très fidèle de l’état actuel de la robotique.

C’est précisément ce que j’ai l’intention de vous exposer aujourd’hui. Plus particulièrement, je vais vous parler des robots développés pour nous aider dans le domaine de la santé et dans d’autres secteurs – et, pendant que nous y sommes, je vais vous livrer le témoignage de certains des plus grands experts mondiaux de ce domaine. Allons-y…

Les robots pourraient désamorcer la bombe à retardement démographique que constitue le Japon

Le domaine de la robotique fait aussi d’immenses progrès vers un avenir où les robots pourront être intégrés de manière plus complète au système de santé. Pour comprendre ce qu’il se passe, il faut se tourner vers le Japon.

Pourquoi le Japon ? Deux raisons à cela : la démographie et l’industrie.

L’aspect industriel est facile à expliquer. Le Japon est connu pour ses prouesses industrielles et son expertise dans le domaine de la fabrication. Il est doté à la fois du savoir-faire technologique et de la culture de l’innovation nécessaires pour devenir un leader mondial dans le domaine de la robotique.

L’aspect démographique est plus compliqué. C’est un problème immense pour le Japon. Pour faire simple, l’équilibre entre les plus jeunes et les plus vieux n’est plus garanti dans le pays. Il n’y a plus suffisamment de jeunes pour s’occuper des personnes âgées.

Et le problème ne fait qu’empirer. D’ici 2020, on prédit que 29 % de la population japonaise aura 65 ans ou plus. En 2050, on pense que ce chiffre aura atteint les 39 %.

Ce genre de déséquilibre démographique crée tout un tas de problèmes dans une société. Par exemple : qui va s’occuper de toutes ces personnes de plus de 65 ans quand elles auront besoin de soins médicaux ?

Vous avez deviné : des robots.

Lorsque l’on parle de robotique, d’intelligence artificielle (IA) ou de l’arrivée de nouvelles technologies en général, il est impératif d’insérer un avertissement de santé banal, pour déclarer sans équivoque que non, vous n’êtes pas un affreux misanthrope avec un microprocesseur à la place du cœur.

Je sais que l’idée qu’un robot puisse s’occuper de quelqu’un, sans parler de personnes âgées ou infirmes, fait froid dans le dos. Je comprends.

Mais si l’on oublie un instant la peur de devoir, sous peu, nous plier à la loi de machines devenues tyranniques, on peut se concentrer sur quelques faits très simples.

Le problème que j’ai évoqué plus tôt est bien réel, et ne va pas disparaître. Et comme vous allez le voir, des poids lourds de l’industrie investissent une quantité non-négligeable de temps et d’efforts pour créer des robots capables de le résoudre.

Je suggère donc de laisser nos angoisses dystopiques aux auteurs de science-fiction et voir la situation pour ce qu’elle est : une occasion en or.

La guerre des robots et la réinvention de la famille

Dans quelques semaines, nous allons interviewer à ce sujet Alec Ross, ancien conseiller en matière d’innovation du département d’Etat d’Hilary Clinton. Il est l’auteur de The Industries of the Future, un livre consacré à l’avenir de la technologie qui a figuré sur la liste des meilleures ventes du New York Times. Je publierai bientôt la totalité de cet entretien.

Mais pour l’heure, voyons ce que Ross a à dire au sujet de la robotique dans le livre lui-même :

« Les soignants du futur sont en train d’être développés dans une usine japonaise au moment où j’écris ces mots. Les entreprises japonaises ont réinventé la voiture dans les années 1970, et l’électronique de grande consommation dans les années 1980… Elles sont aujourd’hui en train de réinventer la famille. Les robots dépeints dans les films et les dessins animés des années 1960 et 1970 seront la réalité des années 2020.

Deux entreprises japonaises rivales, Toyota et Honda, utilisent leur expertise en matière d’ingénierie mécanique pour inventer la prochaine génération de robots. Toyota a construit une aide infirmière baptisée Robina – qui s’inspire de Rosie, le robot-nourrice et gouvernante de The Jetsons – dans le cadre de leur gamme Partner Robot Family, une série de robots visant à s’occuper de la population gériatrique, de plus en plus importante dans le monde entier. Robina est un robot ʺfemme », qui pèse 60 kg et fait 1,20 m de haut, capable de communiquer par la parole et par le geste.

De son côté, Honda a créé ASIMO (pour Advanced Step in Innovative Mobility), un humanoïde entièrement fonctionnel qui ressemble à un astronaute de 1,20 m resté coincé sur Terre. »

Il s’agit là de deux vrais poids lourds de l’industrie. Et ils s’engagent pleinement pour développer un robot capable de satisfaire les besoins d’une nouvelle vague de personnes âgées au Japon.

Ross cite aussi quelques chiffres qui font vraiment réfléchir. Voici ce qu’il répond à la question : « Les robots peuvent-ils vraiment s’occuper des êtres humains ? » :

Les secteurs privé et public, au Japon, ne semblent pas en douter. En 2013, le gouvernement japonais a accordé 24,6 millions de dollars aux entreprises qui se concentrent sur la robotique destinée aux personnes âgées.

Le ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, très puissant au Japon, a choisi 24 entreprises en mai 2013 qui recevront des subventions qui couvriront entre une moitié et deux-tiers des coûts de la recherche et du développement des robots destinés aux soins infirmiers.

Mais qu’en est-il des personnes qui travaillent vraiment dans ce secteur au sens large ? Que pensent-ils de ces opportunités ? Selon eux, à quoi l’avenir ressemblera-t-il ? Réponses… demain !

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source: libredagir.fr

Publicités
Cet article, publié dans Evolutions numériques, Facteurs démographiques médicaux, Industrie de santé, Pathologies liées au vieillissement et à la sédentarité, Prise en charge médicale, Professionnels de santé, Ressources humaines, Système de santé et gouvernance, Technologies, Vieillissement de la population, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s