Un antidote aux armes chimiques, en spray, développé à Marseille

Un scientifique de l’université d’Aix-Marseille affirme avoir mis au point un procédé novateur pour sauver les victimes d’armes chimiques en venant à bout des agents neurotoxiques, procédé qui, espère-t-il, pourrait être employé en cas d’attaque ou d’attentat.

ANTIDOTE ARMES CHIMIQUES

Le produit se présente sous la forme d’un spray « à base d’enzymes, non toxique et non polluant qui permet une décontamination facile et rapide en seulement quelques minutes et applicable aussi bien sur les individus que sur les sols ou matériaux », a détaillé à l’AFP le professeur Eric Chabrière, de l’unité de recherche sur les maladies infectieuses, tropicales et émergentes de cette université.

Le spray « permet aussi de traiter les cheveux et les vêtements, qui sont classiquement problématiques à décontaminer », ajoute-t-il. Il espère pouvoir en équiper rapidement l’armée ou la sécurité civile.

Le cocktail d’enzymes serait efficace contre un grand nombre d’agents neurotoxiques, dont le Vx ou le gaz sarin, mortels à des doses infimes, précise le scientifique, qui explique avoir travaillé avec les militaires de la Direction générale de l’armement (DGA). Jusqu’à présent, les victimes devaient être longuement et minutieusement douchées avec une solution d’eau de Javel.

Quelques dizaines d’euros le litre

Interrogée, la DGA a confirmé à l’AFP que l’armée travaillait depuis longtemps, en interne comme en collaboration avec des scientifiques extérieurs, sur la lutte contre les armes chimiques, nucléaires et bactériologiques (NRBC). Les enzymes sont l’un des moyens à l’étude dans le cadre de cette lutte.

La fabrication de ce spray, développé par les chercheurs de la faculté de médecine de Marseille en lien avec une start-up de biotechnologie marseillaise, Gene and Green TK, fondée par le Pr Chabrière, reviendrait à « quelques dizaines d’euros » par litre, et serait techniquement « très simple », affirme le scientifique.

Celui-ci explique qu’il travaillait jusqu’à présent sur d’autres enzymes extrêmement résistantes, dégagées notamment par les vapeurs du Vésuve.

Mais après les attentats de novembre 2015, il a voulu mettre au point très rapidement un spray à base d’enzymes plus courantes, même si elles ne peuvent se conserver que quelques mois. « L’idée était de faire quelque chose de simple », pour que, par exemple, « chaque ville ait de quoi décontaminer une station de métro », souligne le chercheur.

Quelques jours après les attentats du 13 novembre, Manuel Valls avait mis en garde contre « le risque d’armes chimiques, bactériologiques ».

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

source: huffingtonpost.fr

Advertisements
Cet article, publié dans Défense, Recherche, Risques et menaces, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s