Clinatec : « Les malades n’ont pas le temps d’être patients »

Avec ce slogan, le grand centre grenoblois de recherche de pointe place directement les malades au cœur des recherches sur la médecine de demain.

Sur plus de 6 000 mètres carrés, Clinatec est un lieu de rencontre unique entre la recherche médicale et technologique. Il réunit, dans un même bâtiment, des équipes composées de médecins, de chercheurs, de biologistes, de spécialistes en nanotechnologies, de mathématiciens, d’ingénieurs ou encore de roboticiens provenant du CEA, de l’Inserm, du CHU et de l’université Grenoble-Alpes, ainsi qu’un service hospitalier doté d’un bloc opératoire. Tous unissent leurs compétences pour concevoir la médecine de demain dans trois domaines : les maladies neurodégénératives, les cancers et le handicap. À leur tête, le dynamique professeur Alim-Louis Benabid répète inlassablement que « son objectif est d’apporter plus vite les innovations technologiques au lit du patient ».

Il l’a déjà prouvé en améliorant très considérablement l’état des personnes souffrant de la maladie de Parkinson. On en compte environ 6,5 millions dans le monde et les équipes de Clinatec se battent pour qu’« elles redeviennent capables de boutonner leur chemise ». Le geste est simple, banal pour la majorité des gens. Et pourtant, il fait partie des mille choses que cette pathologie neurologique empêche progressivement de réaliser. Après avoir réussi à combattre les tremblements (d’origine parkinsonienne ou autre), le Pr Benabid a bon espoir de bloquer définitivement l’évolution de la maladie elle-même.

On espère faire remarcher les tétraplégiques

D’autre part, la moitié des hommes et un tiers des femmes se verront diagnostiquer un cancer avant leurs 85 ans. La mortalité est encore bien trop importante, selon les spécialistes de Clinatec qui l’explique « par la faiblesse du maillon de transfert des innovations biotechnologiques au patient ». Ils veulent donc mettre au point des outils miniaturisés et adaptés aux gestes des chirurgiens pour recueillir des informations par simple contact avec la tumeur et son environnement, là où s’exprime vraiment l’origine des processus cancéreux. Leur but est aussi de réaliser des dispositifs miniaturisés capables d’administrer les médicaments directement dans la tumeur. Les traitements sont alors plus efficaces et ils provoquent moins d’effets secondaires.

Enfin, demain, à Clinatec, on espère faire remarcher les tétraplégiques. Pour cela, un robot exosquelette est en cours de réalisation. En enregistrant, dans le cerveau d’une personne handicapée, l’activité électrique correspondant à une intention de mouvement, il devrait rendre ces informations compréhensibles par une machine. En plus de se déplacer de façon autonome, les tétraplégiques devraient donc bientôt pouvoir effectuer les gestes de la vie quotidienne.

Évidemment, tout cela coûte cher. À ce jour, près de 20 % de l’objectif de campagne de 30 millions d’euros a été atteint, grâce à de grands noms du monde économique engagés au sein du comité de campagne présidé par Alain Mérieux, président de l’Institut Mérieux. La Fondation Edmond J. Safra, qui soutient Clinatec depuis ses débuts, vient de lancer un défi à la générosité des mécènes du centre de recherche avec un don jumelé de 5 millions d’euros. Cela devrait permettre à Clinatec de collecter jusqu’à 10 millions d’euros d’ici au 30 juin 2016, soit le tiers de son objectif de campagne. Grâce à cela, les malades n’auront – peut-être – plus besoin d’être patients…

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source: lepoint.fr

Publicités
Cet article, publié dans Evolutions numériques, Ingénierie du vivant, Pathologies liées au vieillissement et à la sédentarité, Pathologies majeures, Prise en charge médicale, Technologies, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s