Entreprises libérées: une nouvelle manière de manager

Mais en quoi consiste ce nouveau type de management « décomplexé » qui n’a plus peur de faire confiance? Quelle est donc cette nouvelle conception des organisations apparemment sans hiérarchie intermédiaire?

Pour décrire cela, il est utile de rappeler quelles sont les valeurs qui cimentent ainsi les relations des salariés des « entreprises libérées ». De prime abord, il s’agit d’une remise en question profonde du contrôle hiérarchique et de ses effets sur les employés. On parle dans ce cas de développer la capacité d’écoute des dirigeants, de la disparition des symboles et des privilèges dus aux statuts, de la disparition des horaires imposés, du principe de subsidiarité pour les salariés, et de la disparition des contrôles… En termes de valeurs, comment décoder le message qui se cache derrière ces nouvelles pratiques?

Confiance et volontariat

Tout d’abord, rien ne serait possible sans la confiance mise dans le talent des hommes qui composent les équipes sur le terrain et que l’on invite à devenir de véritables apporteurs d’affaires. Chez Chrono Flex, un nouveau système de rémunération variable permet de partager les gains ainsi générés. La règle des trois fois quinze permet de redistribuer 45% de toute marge nette rapportée par les employés, apporteurs d’affaires (15% de prime pour celui qui rapporte une affaire, 15% pour l’équipe dont il dépend et 15% pour l’ensemble de ses collaborateurs) ; de quoi susciter un certain dépassement de soi, en contexte de crise!

Ensuite, le volontariat devient de mise; il est bien connu que la contrainte génère en général l’effet inverse, c’est-à-dire la résistance au changement, si bien qu’en contexte de liberté dans la mise en œuvre, les personnes se sentent investies d’une responsabilité et cherchent à suivre ceux qui innovent. La notion de contrôle devient totalement révolue puisque justement il est question de créer les conditions de l’autonomie et les individus, devenus responsables de leurs actes, sont capables de s’autocontrôler!

Exit donc les « caporaux » ou cadres intermédiaires chargés exclusivement de contrôler les troupes, sur le théâtre des opérations. La liberté d’action devient ainsi la norme, avec, cependant, comme le rapporte Alexandre Gérard, son lot d’inquiétudes pour certains salariés qui attendent « pour voir », qui restent « dubitatifs » ou qui sont en recherche d’un management plus directif. Mais l’effet d’entraînement est en général assez puissant pour tirer dans son sillage les managers les plus récalcitrants à suivre ce changement de cap.

Enfin, la culture du droit à l’erreur devient la norme, ce qui représente en soi une révolution! Commettre des erreurs, dès lors que l’intention est d’innover, d’être un apporteur d’affaires n’est plus un problème, mais presque une qualité reconnue. Adieux la culpabilité et la peur de mal faire, bonjour l’esprit de conquête et de transformation dans la manière de travailler!

Des effets sur la marge

Chez Chronoflex, devenue entre-temps le groupe Inov’On, la réussite ne se fit pas attendre, et dés l’année qui suivit la mise en place de ce nouveau management, la marge nette de l’entreprise fut multipliée par quatre! Tant et si bien que cette success story devient exemplaire. Des entreprises connues pour leur niveau de performance (Michelin ou le groupe Mulliez) sollicitent Inov’On, afin de découvrir et d’intégrer au niveau organisationnel les principes qui ont permis ce succès.

Ce qui les intéresse en particulier: l’organisation systématique de l’autonomie, la confiance comme valeur cardinale, le partage des gains générés par l’ingéniosité de chacun et la mise en œuvre effective de l’intelligence collective. Des séminaires de découverte et de formation par l’exemple sont ainsi organisés sur site par Inov’On.

L’histoire est en marche: nombreuses sont en effet les entreprises qui cherchent à se libérer d’un mode de fonctionnement basé sur le contrôle et le repli sur la ligne hiérarchique comme système de management, pour découvrir les bienfaits salutaires, en temps de crise, de la confiance et de l’intelligence collective.

Chacun devient ainsi responsable de lui-même, de ses objectifs et de son business, et, plus généralement, de son entourage professionnel, de ses proches et de toutes les parties prenantes qui composent son univers. Les mentalités évoluent, et, de l’avis de ses fondateurs, nécessite un vrai « lâcher prise », un difficile travail sur soi, chantier pour le moins déstabilisant quand on accumule des années de pratique fondées sur une conception opposée du travail et des hommes!

Source: Huffington post. Lire l’article dan son intégralité ici.

Advertisements
Cet article, publié dans Divers prospective, Gouvernance, Management, Professionnels de santé, Ressources humaines, RH/Réserves, Système de santé et gouvernance, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s