Top 10 des réussites de l’impression 3D en matière de santé

Utilisée dans de nombreux domaines comme l’industrie ou l’architecture, l’impression 3D ou stéréolithographie fait certainement partie des innovations les plus importantes du domaine de la santé ces dernières années. Elle permet de produire un objet en l’imprimant couche par couche en déposant et en solidifiant de la matière. Grâce à l’imprimante 3D, de plus en plus d’avancées médicales voient le jour.

Voici le top 10 des réussites de l’impression 3D en matière de santé :

1. Un crâne

En 2014, les docteurs Bon Verweij et Marvick Muradin de l’université de médecine d’Utrecht ont sauvé une patiente atteinte d’une déformation osseuse du crâne. Ses jours étaient comptés jusqu’à l’opération et l’implantation de ce crâne artificiel en plastique fabriqué par une imprimante 3D.

Ce type d’opération a également eu lieu le 15 juillet 2015, au Second People’s Hospital de la province du Hunan, en Chine. Cette fois, le crâne imprimé pour un enfant atteint d’hydrocéphalie était en titane.

2. Un cœur ou des éléments du cœur

Alors que l’impression 3D fait surtout appel à des matériaux relativement solides, les scientifiques de l’université de Carnegie Mellon, aux États-Unis, sont parvenus à créer un prototype d’imprimante capable de manipuler des structures beaucoup plus molles. Cette imprimante leur a permis de produire des artères coronaires.

À Londres, Mina, une petite fille née avec une malformation cardiaque a pu retrouver une vie normale grâce à une imprimante 3D et aux médecins de l’hôpital St Thomas. Le cœur de la petite fille affichait un trou sur la paroi entre les deux ventricules, empêchant l’organe de faire correctement son travail. Les médecins ont donc conçu une réplique exacte de son cœur en 3D et ont pu s’entraîner et perfectionner la procédure qui a sauvé Mina.

3. Un exosquelette

En 2012, un exosquelette fabriqué par une imprimante 3D a permis à la petite Emma, atteinte d’une maladie orpheline qui empêche le développement des muscles, de retrouver l’usage de ses bras.

Les médecins Tariq Rahman et Whitney Sample ont eu recours à une imprimante 3D pour réaliser, à partir de dessins, des modèles en thermoplastique beaucoup plus légers que les exosquelettes déjà existants.

4. Un visage

Des chirurgiens anglais ont pu reconstruire le visage de Stephen Powers, victime d’un grave accident de moto, grâce à la stéréolithographie. L’imprimante a permis d’offrir aux chirurgiens un modèle fiable pour l’opération.

5. Un bassin

Le docteur Gerrand, consultant en chirurgie orthopédique au sein de l’hôpital de Newcastle dans le nord de l’Angleterre, a récemment effectué une première médicale en recréant par impression 3D le bassin d’un patient atteint d’une rare forme de cancer appelé Chondrosarcome.

L’intervention chirurgicale consista en un prélèvement méticuleux de la partie malade du bassin, puis en l’ajout de la partie imprimée en titanium, sur laquelle l’os peut ensuite se reconstruire.

6. Une attelle

L’année dernière, trois nourrissons américains ont été sauvés grâce à l’impression 3D d’une attelle directement cousue dans leurs trachées. Les trois petits garçons souffraient de trachéomalacie, une maladie respiratoire grave. La prothèse a permis de leur sauver la vie. La maladie était jusque-là incurable.

7. Une main

Vous souvenez-vous du petit Maxence ? On en a beaucoup parlé l’année dernière, Maxence a retrouvé une partie de l’usage de son bras droit grâce à l’impression 3D d’une prothèse, et ce pour environ 50 euros.


Il existe également des prothèses bien plus élaborées, mais une prothèse telle que celle de Maxence est une révolution en raison de son prix et du fait qu’elle ne nécessite pas de chirurgie.

8. De la peau

Une toute jeune société girondine, Poietis, développe en ce moment une technique d’impression 3D de tissus humains grâce au laser. Les applications sont très attendues aussi bien en cosmétique qu’en médecine. Côté cosmétique, ce progrès peut permettre de tester les produits sur des échantillons de peau plutôt que sur des animaux. Côté médecine, l’objectif est de générer des tissus permettant d’effectuer des greffes de peau.

9. Une mâchoire

La première mâchoire artificielle imprimée en 3D a été implantée avec succès en 2011 chez une femme de 83 ans, grâce à des chercheurs de l’université d’Hasselt, aux Pays-Bas. La mâchoire de la patiente avait été gravement infectée.


10. Des médicaments

Le 3 août 2015, l’agence américaine du médicament, la FDA, a autorisé la production et la mise sur le marché (prévue cette année), d’un médicament antiépileptique : le Spritam. Ce comprimé a la particularité d’être fabriqué grâce à une imprimante tridimensionnelle. L’impression 3D permet notamment la personnalisation du médicament, c’est-à-dire dosé exactement selon la taille et la corpulence du patient.

L’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source: passeportsante.net

Publicités
Cet article, publié dans Evolutions numériques, Industrie de santé, Ingénierie du vivant, Technologies, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s