Quels futurs possibles à l’horizon 2050 ?

L’institut Futuribles a présenté la dernière édition de son rapport « Vigie », qui compile les grandes tendances sociales, économiques et géopolitiques des trois décennies à venir. Le but n’est ni de prédire l’avenir ni de mettre l’accent sur les dernières tendances technologiques venues de la Silicon Valley : il est, comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, de repérer les « futurs possibles à l’horizon 2030-2050 » dans un grand nombre de domaines, de la géopolitique à l’économie en passant par l’environnement, les sciences ou l’éducation. Pour cela, le rapport se base sur les travaux d’experts français et internationaux, à travers quatre grandes catégories d’évolutions : les tendances ­lourdes, les émergences, les incertitudes majeures et les ruptures possibles. Première mise à jour complète depuis sa ­première édition, en 2010, l’ouvrage mêle des évolutions déjà bien documentées et de nombreux « signaux faibles ». Morceaux choisis.

Population en hausse, fécondité en baisse

« La population du monde n’a jamais été aussi nombreuse qu’aujourd’hui, mais elle n’est pas pour autant à la veille de se stabiliser », note le rapport en préambule du chapitre consacré à la démographie. Passée de 2,5 milliards en 1950 à un peu moins de 3 milliards en 1960, la population a ensuite augmenté au rythme de 800 millions tous les dix ans, jusqu’à atteindre 7,4 milliards aujourd’hui. Et demain ? Dans un contexte de baisse générale de la fécondité, la principale incertitude viendra du seul continent à l’écart de ce phénomène : l’Afrique. Au niveau mondial, l’indice moyen de fécondité est passé de 3,8 enfants par femme en 1950 à 2,5 en 2010. Mais il est encore supérieur à 5,5 enfants en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest. Pour espérer stabiliser sa population, selon la variante la plus basse envisagée par l’ONU, l’Afrique devrait diviser par trois la fécondité, un objectif qui semble « très vraisemblablement hors d’atteinte à l’horizon de la fin du siècle pour une Afrique en panne quasi générale de gouvernance », note Alain Parant.

Santé : hausse des coûts et couverture universelle

C’est une tendance de long terme qui ne se limite pas aux pays développés : les dépenses de santé n’ont cessé de croître au cours des cinquante dernières années. Contrairement à une idée reçue, note Louis-Charles Viossat, « le vieillissement de la population n’a représenté jusqu’à présent qu’un facteur modeste (0,5 point sur 4,3 points) de la croissance annuelle ». Ce qui pèse le plus sur les dépenses, ce sont les progrès médicaux, l’essor des nouvelles technologies, et la hausse des prix et services de santé. Sur fond de médecine plus personnalisée et plus prédictive, nul n’envisage une inversion de la courbe : l’OCDE estime que les dépenses pourraient doubler entre 2015 et 2060. A cette date, le secteur de la santé pourrait représenter 14 % du PIB des pays de l’OCDE et 10 % de celui des BRIC. Dans ce contexte, le rapport de Futuribles voit dans « la progression vers une couverture santé universelle » une « tendance lourde de l’organisation des politiques et des systèmes de santé dans le monde », symbolisée par l’Obamacare aux Etats-Unis.

Source: Les Echos. Lire l’article dans son intégralité  ici.

Publicités
Cet article, publié dans Dépenses de santé, Divers prospective, Evolutions sociétales, Facteurs démographiques médicaux, Financement de la santé, Fonction publique, Gouvernance, Politique de santé, Prise en charge médicale, Professionnels de santé, Santé publique, Statistiques sanitaires, Système de santé et gouvernance, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s