Déstresseur

Le déstresseur identifie le niveau de stress par des dispositifs technologiques (bracelet ou autres capteurs…). Il propose ensuite différents moyens pour limiter le stress : applications, diffusions sonores, casques, animaux…

Est ce une bonne idée ?

Oui

Les études parlent. Le stress commet de nombreux dégâts. Des chercheurs des universités de Stanford et Harvard affirment qu’un employé peut perdre jusqu’à trente-trois ans d’espérance de vie. Selon une étude allemande effectuée par les scientifiques de la Helmholtz Zentrum Münich, un employé sur 5 subit un stress élevé au travail. Chez ces employés stressés, le risque de diabète de type 2 augmente de 45 %. Des chercheurs chinois dirigés par le Professeur Dingli Xu de l’Université Southern Medical à Guangzhou ont suivis 138 782 patients pendant plusieurs années pour essayer de mesurer l’impact du stress au travail sur les risques d’AVC. Ils ont constaté que ceux qui occupent un poste avec un stress important (serveurs, infirmiers…) voient leurs risques de faire un AVC augmenter de 22 % (33 % chez les femmes).

Non

Le stress a un coût sociétal important. Aux États-Unis, la part d’employés atteints de maladies comme la dépression engendre un coût situé entre 80 et 100 milliards de dollars. Cette manne attire, car chacun pense gagner de l’argent sur les économies effectuées. L’appât du gain se traduit par des applications et autres dispositifs dont la stupidité a d’égale que leur inefficacité.

Dans les milliers d’applications antistress, quelques exemples montrent les pistes explorées.

Alléger le stress post-traumatique

Le père de Tyler Skluzacek est un militaire américain qui a servi en Iraq. Au retour, il subit les symptômes du stress post-traumatique, parmi lesquels les crises de panique nocturnes. Son fils a développé une application pour l’aider à retrouver un sommeil serein. Nommée myBivy (de bivouac, lieu sécurisé pour dormir), l’application détecte les mouvements soudains et l’accélération du rythme cardiaque, et sort l’utilisateur de sa phase de sommeil profond pour que s’arrête son cauchemar.

Une appli anti-burn-out

Une start-up londonienne, Soma Analytics, a mis au point un dispositif d’alarme permettant de s’autodiagnostiquer. L’application enregistre les variations du timbre de la voix lors des appels téléphoniques, analyse la coordination motrice via les fautes de frappe sur le clavier ou encore mesure la qualité du sommeil grâce aux capteurs du smartphone. Ces données sont analysées par un logiciel de diagnostic établi en collaboration avec des psychiatres et des experts du sommeil et du stress. En cas de stress élevé, une alerte incite l’utilisateur à lever le pied.

Du bruit qui détend

Vous êtes stressé, Simply Noise vous envoie du « bruit blanc », qui est censé vous apaiser. Si vous êtes vraiment réfractaire à ces chuintements, vous pouvez toujours vous écouter le son de la pluie avec Simply Rain.

Secouez-le !

Vous êtes au bord de la crise de nerfs, secouez votre smartphone. L’application nommée Antistress comprend un compteur de secousses. Elle propose de réaliser des sessions de 100, 1000 secousses avec des pauses à intervalles réguliers. Le défoulement terminé, une voix vous félicite pour votre effort.

Écraser la bulle

Bubble Wrap est une application qui vous propose d’éclater les petites bulles en plastique des emballages de protection. Il semble que cela déstresse.

De toutes les couleurs

Chromothérapie antistress Lite propose de soigner son stress grâce à la chromothérapie. On joue avec les couleurs et on éclaire la pièce avec.

Un GPS pour l’âme…

Tendu ? GPS For The Soul vous trouve l’endroit où vous vous sentez le mieux. On place son doigt sur l’objectif de l’iPhone afin que l’application calcule le rythme cardiaque. Si les battements sont élevés, on est invité à effectuer des exercices de respiration ou visionner des articles pour vous aider à méditer et relaxer

Zéro stress

Zéro Stress met à disposition un coach personnalisé qui permet d’atteindre quatre objectifs  : « Faire baisser la pression », « Gérer son temps », « Réguler ses émotions », et « Communiquer sereinement ».

Un casque de détente

En France, la startup myBrain Technologies a mis au point Melomind, un casque connecté conçu pour vous relaxer en quelques minutes. Le casque analyse l’état de stress grâce à des électrodes. En fonction de ces informations, Melomind propose un programme musical relaxant.

Thync, une start-up californienne, a développé un casque capable de transmettre au cerveau des ondes électriques thérapeutiques. Fonctionnant sur le principe du neurosignaling, il permet, grâce à une application smartphone, de stimuler le cerveau pour agir sur l’état d’esprit ou sur le niveau d’énergie de l’utilisateur.

Source: La santé demain. Lire l’article dans son intégralité ici.

Publicités
Cet article, publié dans Défense, Nanotechnologies, Opérations, Pathologies majeures, Prise en charge médicale, Recherche, Santé publique, Système de santé et gouvernance, Techniques médicales, Technologies, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s