Les dirigeants au cœur de la transformation numérique : l’apport du « reverse mentoring »

Les organisations doivent non seulement adapter leur modèle, leurs outils et leur communication, mais aussi, et nécessairement, permettre à leurs collaborateurs d’accéder aux outils et aux innovations numériques afin de « rester dans la course ».

Pour assurer la réussite de la transformation numérique d’une entreprise, celle-ci doit être impulsée par son leader, conduite par les managers et rencontrer l’adhésion des collaborateurs qui en seront les ambassadeurs. D’après une étude de Weber Shandwick de 2013, les cadres sont majoritairement favorables à la présence de leurs PDG ou directeurs généraux sur les réseaux sociaux, la qualifiant d’inspirante à 52 % voire représentative d’une avance technologique à 46 %. Plus généralement, ils sont 76 % à croire que c’est une réelle bonne idée pour un chef d’entreprise d’être « sociable ».

Si 91 % des dirigeants considèrent la transformation digitale (principalement les médias sociaux) comme un objectif stratégique pour le développement de leur entreprise, force est de constater qu’ils sont encore trop peu à avoir embrasser la culture du digital dans leur environnement professionnel.

De l’importance de l’immersion

Il existe donc un véritable risque pour certaines structures de rater le train du numérique du fait d’une appréhension, d’une méconnaissance ou de l’inertie. Les dirigeants et les managers ont encore souvent des difficultés à appréhender l’environnement numérique et ses enjeux. Le manque de connaissances et de compétences nourrit généralement cette barrière. Or, à ce stade, il est important de souligner que se familiariser avec le numérique, c’est avant tout s’imprégner d’une culture digitale. C’est l’adhésion à cette culture par l’entreprise qui créera un terreau fertile à la mise en place d’une transformation digitale pertinente et pérenne.

Il est urgent pour les dirigeants et les managers d’aller à la rencontre du monde numérique. Toutefois, partir en séminaire pour se former aux outils numériques n’est pas une évidence ni une situation aisée pour un dirigeant. Par ailleurs, encore une fois, une session de formation pratique n’englobera pas l’immersion dans la culture numérique.

Le levier de la génération Y

Des alternatives simples aux formations classiques existent. Le reverse mentoring est une de ces solutions, il présente l’avantage de faire entrer le numérique dans l’entreprise. Ce mentorat inversé est une démarche par laquelle un jeune collaborateur, généralement issu de la génération Y, est affecté à un dirigeant ou un cadre expérimenté afin de le sensibiliser à l’environnement et aux usages des nouvelles technologies. Cette pratique peut s’organiser en interne avec des collaborateurs de l’entreprise ou en externe avec des étudiants sélectionnés pour leur savoir-faire et savoir être.

La génération Y se révèle être un levier indispensable à la stratégie de développement des entreprises face à cette révolution numérique. En effet, cette génération montante a grandi avec les nouvelles technologies, l’usage des nouveaux médias dans son quotidien professionnel et personnel est de ce fait intuitif.

Pour des dirigeants, en revanche, il n’y a pas de corrélation évidente entre le monde du travail et les nouveaux usages technologiques et médias. Souvent habitués à des supports et des modes de gestion plus traditionnels et hiérarchisés, ils apprécient d’être accompagnés pour aborder cette mutation. Le jeune mentor, outre un usage des modes de communication et du web, transmettra une vision globale de l’environnement numérique et donnera un sens à la digitalisation de l’organisation. Le reverse mentoring présente un avantage certain quant à l’assimilation des usages numériques en créant une réelle porosité entre deux « mondes », mais pas seulement. C’est aussi une aventure humaine et managériale enrichissante.

Dépasser le management traditionnel pour tendre vers la collaboration

Dans un environnement économique bâti sur une tradition hiérarchique verticale, la pratique du reverse mentoring oblige les entreprises à se dépasser et à explorer de nouveaux territoires de management. Habituées à un management traditionnel basé sur le cloisonnement et le contrôle, les entreprises doivent basculer vers une logique de coopération basée sur la confiance et l’échange.

Le reverse mentoring est un exemple type de cette coopération avec une inversion de la transmission du savoir-faire (du junior au senior). Si cette approche du management peut susciter des réticences (suspicion sur l’expertise, déficit de l’autorité…), elle constitue surtout une voie à explorer pour les entreprises et une piste sérieuse vers le management collaboratif.

Les entreprises auront tout à gagner en accordant leur confiance à une génération qui maîtrise parfaitement les clés de la réussite du numérique, vecteur de forte croissance pour l’économie. En outre, la mise en place de cette démarche en interne présente l’avantage de valoriser les collaborateurs mentors, en les faisant participer à l’évolution de la culture de l’entreprise. Celle-ci répond ainsi au besoin d’épanouissement de ces jeunes salariés, en rupture avec la recherche de performance individuelle.

Une démarche gagnant-gagnant

Ce processus de mentoring, en assurant le transfert de culture et de connaissances, permet d’engager une transformation digitale ambitieuse et balisée de l’entreprise. Au-delà de la valeur ajoutée pour la stratégie numérique, le reverse mentoring constitue une véritable expérience professionnelle et humaine au sein de l’entreprise, favorisant largement l’intergénérationnalité et offrant ainsi un ticket gagnant pour amorcer son virage numérique.

Pour les jeunes collaborateurs ou les étudiants, une action de reverse mentoring constitue une opportunité unique de rencontrer un dirigeant ou un manager dans le cadre d’une relation privilégiée. Au cours des échanges one to one, libérés de la forme hiérarchique traditionnelle, ils peuvent bénéficier de la riche expérience du mentoré. Les dirigeants d’entreprise ont à leur portée une solution d’open management qui est une clé de succès pour la transformation digitale de leur business.

Source: La Tribune Aquitaine. Lire l’article dans son intégralité ici.

Publicités
Cet article, publié dans Evolutions numériques, Formation, Gouvernance, Professionnels de santé, Réseaux sociaux, Ressources humaines, RH/Réserves, Système de santé et gouvernance, Systèmes d'information, Télésanté, Technologies, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s