Lancement de la plateforme e-santé et télémédecine Qimed en Pays de la Loire

L’Agence régionale de santé (ARS) et le Groupement de coopération sanitaire (GCS) e-santé Pays de la Loire lancent une plateforme régionale pour déployer la santé connectée et la télémédecine. Ce portail collaboratif, qui démarre autour de l’accident vasculaire cérébral et de la gériatrie, amorce une digitalisation des pratiques médicales.

La santé se met à l’heure numérique dans les Pays de la Loire. Les CHU de Nantes et d’Angers, et les centres hospitaliers de Château-Gontier (53) et de Châteaubriant (44) seront les premiers établissements de la région à être reliés à la plateforme e-santé Qimed d’ici la fin de l’année 2015 en vue d’un traitement optimisé de l’AVC (accident vasculaire cérébral). En 2016, sept autres établissements seront reliés à Qimed.

Eric Manoeuvrier, administrateur du GCS e-santé Pays de la Loire, structure créée en 2011 pour déployer et piloter les projets mis en œuvre par les politiques de santé décidées par l’ARS, présente ainsi les atouts de cette plateforme :

« L’accident vasculaire cérébral est une urgence médicale qui nécessite une prise en charge rapide et coordonnée. Plus de 6.300 AVC sont dénombrés chaque année en Pays de la Loire. Grâce à la consultation à distance de neurologues, aux échanges entre spécialistes, aux accès aux données fournies par l’imagerie médicale, les scanners, etc., cette plateforme va permettre à un urgentiste de réaliser un diagnostic et de mettre en œuvre la meilleure stratégie thérapeutique en moins de 4h30. »

Réduire les coûts, les distances et l’isolement

Cécile Courrèges, directrice générale de l’ARS des Pays de la Loire, explique l’enjeu:

« L’enjeu est d’accompagner l’évolution du système de santé et de favoriser l’accès aux soins dans un secteur confronté au vieillissement de la population et aux problèmes de la démographie des professionnels de santé. Il s’agit, aussi, de sortir de l’isolement et de favoriser la collaboration entre les médecins et les structures hospitalières. »

De fait, les outils de télémédecine devraient concourir à réduire les distances entre les professionnels de santé, et notamment favoriser la mise en relation des médecins généralistes et spécialistes, qui pourront partager des données et des avis.

« Le numérique est une vraie chance pour le secteur de la santé. Qimed va permettre de s’appuyer sur les technologies les plus innovantes pour faire face à des enjeux de plus en plus complexes et des contraintes économiques fortes. Avec les besoins liés à la chronicité des pathologies, le suivi des patients imposent avoir recours à plusieurs spécialistes et un suivi au long cours », précise  François Grimonprez, directeur de la Direction de l’Efficience de l’offre à l’ARS.

Une trentaine de projets engagés

Le lancement prochain d’une étude devrait permettre de mesurer les gains financiers obtenus par cette optimisation dont l’investissement s’élève entre 800.000 € et un million €. Les coûts de fonctionnement sont estimés à 500.000 €/an au cours des deux prochaines années. Des journées de formation devraient être dispensées auprès des professionnels de santé pour accompagner le changement des pratiques et inciter à ces nouveaux usages.

Suite à un appel d’offres engagé dès 2014, la mise en œuvre de la plateforme a été confiée à un consortium, constitué de la société Ido-in, spécialisée dans l’informatisation des systèmes d’information dédiés au secteur de la santé et par Orange Healthcare, division santé d’Orange créée en 2007, intervenant déjà, sur une dizaine de plateformes (Aquitaine, Normandie, Ile de France, etc.).

« La région est la bonne échelle pour répondre à la question de la maitrise des coûts, mais toutes les régions n’avancent pas à la même vitesse », observe Pascal Nibaudeau, directeur Business Développement d’Orange.

Loin d’être la première à s’être embarquée dans l’aventure, l’ARS des Pays de la Loire se console en estimant « qu’elle n’essuiera pas les plâtres ».  Une trentaine de projets e-santé et télémédecine ont néanmoins été financés en Pays de la Loire ces dernières années. Ils auront, plus ou moins, vocations à intégrer la plateforme Qimed à l’image du projet le plus avancé sur l’AVC.

Les SAMU en réseau et des mails sécurisées

Très vite, la plateforme va être enrichie par un dispositif de téléconsultations qui permettra aux Ehpad (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) de bénéficier des services de centres experts (plaies et escarres, psychiatrie, troubles du comportement, soins palliatifs…).

Lancé  dans quelques structures fin 2015, ce dispositif devrait être véritablement déployé dans une vingtaine d’établissements d’ici la fin 2016.  Année au cours de laquelle, des outils de gestion du parcours de santé des usagers sera mis en œuvre dans le cadre du Parcours Santé des Ainés en Mayenne.

Dans le cadre de la modernisation des systèmes d’informations, interviendra également la mise en réseau des cinq SAMU Centre 15 départementaux, à travers le projet ARéSA (Articulation régionale des SAMU)  et autour d’une base régionale centralisée, permettant un partage des données.

« Il offre la possibilité aux 5 SAMU d’échanger de l’information sur les patients plus rapidement et plus aisément. Il sécurise les pratiques en donnant la capacité à un SAMU d’être suppléé par un ou des SAMU lors d’une situation de crise », indique Yann Penverne, responsable du projet.

Il permettra, en outre, de connaître en temps réel  les moyens opérationnels disponibles des Hélismurs et des SMUR (Service mobile d’urgence et de réanimation) des zones limitrophes pour les déployer efficacement sur le territoire régional.

Enfin, homologué MSSanté par l’ASIP Santé, le GCS e-santé Pays de la Loire devient opérateur de messagerie. Cette solution, financée par l’ARS,  offre aux professionnels de santé de disposer d’une messagerie sécurisée pour échanger des mails et des documents soumis au secret professionnel, qui ne pouvaient jusqu’ici transiter par des messageries traditionnelles.

Publicités
Cet article, publié dans Divers prospective, Evolutions sociétales, Prise en charge médicale, Réseaux sociaux, Système de santé et gouvernance, Systèmes d'information, Télésanté, Techniques médicales, Technologies, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s