Dr Loïc Etienne – D’ Hippocrate à Google

hippocrate google

D’Hippocrate à Google : les fondements de la médecine 3.0.

On fait remonter les fondements de la médecine à Hippocrate. Selon notre vision européenne ou occidentale, il en est le père légitime. C’est oublier un peu vite la tradition chinoise, la médecine arabe, et le monde des chamanes.

Deux mille ans plus tard, la vision du monde selon google a profondément transformé la médecine. On peut désormais parler de médecine 3.0, selon les termes pensée 3.0 que j’ai posé dans mon blog.

A ce jour nous sommes à un tournant de la médecine en raison de la coexistence de plusieurs phénomènes : problèmes économiques mondiaux, invasion massive d’internet dans tous les compartiments de notre vie, numérisation totale du vivant, ce qui le rend exportable sur la planète entière. Jamais l’homme ne s’est trouvé à ce point dans une situation aussi extraordinaire, aussi riche de perspectives, et aussi dangereuse. Il est donc indispensable de poser les fondements de la médecine 3.0.

Les fondements de la médecine 3.0:

  • La relation médecin-patient doit rester au centre de la médecine. Ce couple est le protecteur autant de l’un que de l’autre. Je pense qu’il y aurait péril à ce que le patient se retrouve seul au centre d’un échiquier, cerné par le médecin, les pouvoirs publics et les assureurs. Seule une relation forte et harmonieuse permettra à l’un et l’autre de céder à la tentation de la judiciarisation telle qu’elle se pratique Outre Atlantique.
  • L’éthique médicale doit être la préoccupation constante de toute évolution. Cela impose donc à la fois une réflexion et un débat d’idées.
  • Les machines intelligentes doivent être au service de l’individu et de la société. Elles doivent donc être pensées pour le bien des patients, la progression du savoir notamment en terme d’épidémiologie en temps réel, et la qualité des médecins.
  • La prévention ne doit pas vivre sur le principe de la prévention des maladies, mais sur celui de la qualité de vie des patients (à quoi servirait une prévention qui créerait des cohortes de vieillards bien portants que la société ne pourrait ni loger ni nourrir ?)
  • L’automédication est le premier pas d’une autonomie des patients dans le sens d’une prise en charge responsable de leur santé. Mais cette capacité doit évoluer de façon à ce que le patient puisse être le premier à donner l’alerte. On pourrait parler d’autovigilance, qui serait là encore une démarche de prévention 3.0.
  • La télémédecine enfin fait entrer la relation médecin-patient dans le monde de la virtualité, et donne à l’examen clinique , aux examens complémentaires et aux traitements, une dimension nouvelle.

Il est évident que je n’ai abordé ici que les éléments qui m’ont paru nécessaire à étudier compte tenu de mon expérience professionnelle. Mais il est clair qu’il y a bien d’autres aspects à aborder.

l’article dans son format original est disponible en cliquant ici.

Source : http://www.theconnectedmag.fr/dhippocrate-a-google/

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Divers prospective, Evolutions numériques, Evolutions sociétales, Professionnels de santé, Réseaux sociaux, Systèmes d'information, Télésanté, Techniques médicales, Technologies, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s