Le changement climatique menace aussi la santé

La santé, une grande oubliée de la COP21? Le sujet sera loin d’être au centre des discussions du sommet dans quelques jours. Pourtant, les effets du changement climatique sur la santé sont nombreux. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit 250.000 décès supplémentaires par an entre 2030 et 2050, une surmortalité liée essentiellement à la hausse de la malnutrition (avec la réduction des surfaces agricoles), du paludisme, des diarrhées et du stress liés à la chaleur.

Le réchauffement de certaines régions favorise, en particulier, l’essor d’insectes porteurs de maladies graves. Le moustique tigre qui transmet la dengue s’est déjà infiltré en France, remontant le long de la vallée du Rhône. Avec le réchauffement climatique, il se répandra au point qu’une personne sur deux, selon l’OMS, sera exposée à ce risque en 2080. Or la maladie est loin d’être négligeable, rappelle Robert Sebbag, vice-président en charge de l’accès aux médicaments dans les pays en développement chez Sanofi. Chez les adultes, elle occasionne des douleurs, des fièvres et des nausées très gênantes et elle peut être mortelle chez les enfants. Le paludisme, qui fait 600.000 victimes par an, étend aussi son champ d’action. Il devrait s’installer dans des zones montagneuses jusqu’ici préservées de la chaleur, comme les plateaux des Andes en Amérique du Sud ou la région du Kilimandjaro en Tanzanie, pointe Robert Sebbag.

La dégradation de l’air entraîne par ailleurs une hausse des maladies respiratoires, s’alarme l’OMS qui accuse la pollution atmosphérique d’entraîner plusieurs millions de décès par an. Et les migrations liées au climat ont de nombreuses conséquences sanitaires, souligne Robert Sebbag, en pointant le stress infligé à ces populations ou l’explosion de la tuberculose dans leurs rangs.

Au delà de son impact humain, cette dégradation de la santé publique liée au réchauffement a un coût, rappelle l’OMS. Les dommages directs pour la santé, sans compter les dépenses dans des secteurs déterminants pour la santé tels que l’agriculture, l’eau et l’assainissement, sont évalués entre 2 et 4 milliards de dollars par an d’ici à 2030.

Source: Le Figaro Santé. Lire l’article ici.

Publicités
Cet article, publié dans Divers prospective, Epidémiologie, Facteurs environnementaux, Maladies transmissibles, Pathologies liées au vieillissement et à la sédentarité, Pathologies majeures, Politique de santé, Professionnels de santé, Santé publique, Statistiques sanitaires, Système de santé et gouvernance, Veille sanitaire, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s