Le piège de la guerre hybride

Depuis son introduction au milieu des années 2000, la guerre hybride est devenue un concept en vogue au sein de la communauté stratégique occidentale. Faute de définition claire, son usage risque pourtant de mener à des incompréhensions, voire à de dangereux quiproquos.

Au niveau politique et stratégique, le concept d’hybridité reflète la porosité entre la guerre régulière et la guerre irrégulière. Au niveau opératif, il renvoie à certaines manœuvres sophistiquées combinant dispersion et concentration des forces. Enfin, au niveau tactique et capacitaire, il décrit l’association d’équipements conventionnels modernes, normalement réservés aux formations régulières, et le recours à des tactiques non-linéaires, typiques de la guerre irrégulière. Ce mode de combat innovant a démontré son efficacité sur une grande variété de théâtres et avec des belligérants aussi différents que la Russie en Ukraine, l’Etat islamique en Irak et en Syrie, ou les cartels de la drogue au Mexique. Il importe pourtant de ne pas être aveuglé par une labellisation hybride unique dès lors que seules des stratégies différenciées sauront venir à bout de chacune de ces menaces.

Source: Institut français des relations internationales. Lire la note dans son intégralité ici.

Publicités
Cet article, publié dans Défense, Divers prospective, International, Opérations, OTAN, Risques et menaces, Stratégie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s