Plan d’action pour l’organisation de la programmation de la recherche en santé

Notre pays dispose de nombreux atouts pour être au premier rang des nations dans le domaine des recherches scientifiques sur la santé, fortement porteur de développement personnel, économique et social. Néanmoins, cette recherche pâtit d’une gouvernance excessivement fragmentée. Etape cruciale de l’organisation de la recherche et de ses modes d’allocation des financements, la phase de programmation ne fait pas l’objet d’une concertation suffisante. Parallèlement, la visibilité des résultats obtenus n’est pas en rapport avec l’intérêt de ces résultats ni avec les financements mobilisés.
Tout en traduisant un louable effort de spécialisation, la fragmentation de la programmation est désormais devenue tout aussi préjudiciable aux acteurs de la recherche qu’aux institutions chargées de leur financement. Le manque de lisibilité à l’échelle collective, notamment pour les décideurs, n’a d’égale que la redondance des mécanismes auxquels les chercheurs doivent se plier, sans avoir le plus souvent participé à l’identification des priorités qu’ils sont supposés poursuivre.
Confrontés à des enjeux comparables, les pays bénéficiant des meilleures performances en matière de recherche scientifique dans le domaine de la santé disposent d’une capacité supérieure de coordination de la recherche, ancienne dans le cas des Etats-Unis et plus récente dans le cas du Royaume-Uni. Ces dynamiques ne peuvent être ignorées dans le monde particulièrement globalisé de la recherche en santé. En France, d’importants efforts de coordination et de transversalité ont été engagés au cours des dernières années, comme en témoignent la définition des deux stratégies nationales de la recherche et de santé, la création d’alliances thématiques telles que l’Alliance pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan).
Dans la continuité de ces démarches, la préparation d’un plan d’action pour l’organisation de la programmation de la recherche en santé a été coordonnée par l’Alliance Aviesan. Ce plan répond à une demande formulée par le Président de la République le 3 Avril 2014 à l’occasion des cinquante ans de l’INSERM. Ce plan d’action définit un schéma à la fois réaliste, inclusif et évolutif. La gouvernance de la Programmation de la recherche en santé a été définie de manière à répondre à des exigences fonctionnelles.
Elle s’articule autour de trois instances:
i) un Comité de pilotage, responsable de la définition des priorités scientifiques et élargi à l’ensemble des partenaires institutionnels associés à la programmation,
ii) un Comité scientifique composé de personnels académiques de niveau international et chargé de proposer au comité de pilotage une hiérarchie des priorités scientifiques,
iii) neuf groupes thématiques de programmation scientifique travaillant en relation avec les communautés de recherche concernées ainsi qu’avec des acteurs non académiques.
Les experts sollicités ont exprimé une forte volonté d’harmonisation des processus de réflexion scientifique sur les priorités de recherche en santé. Au total, 73 fiches de priorités ont été produites selon une procédure d’explicitation harmonisée. La mise en place effective des groupes thématiques
de programmation scientifique dès 2014, auxquels pourra être confiée la responsabilité d’une réactualisation annuelle des priorités dans leurs domaines de recherche, constitue un autre élément important d’une préfiguration réaliste de la programmation. En conséquence, l’organisation de la programmation peut être préfigurée pour 2015, avec trois objectifs pour l’année en cours :
i) l’élaboration d’un référentiel commun de procédures et de bonnes pratiques en matière d’évaluation scientifique des projets confié au comité logistique et évaluation animé par la DGS et la DGOS au sein du Comité de pilotage;
ii) la mise en oeuvre d’un guichet unique dédié à la recherche en santé auprès de l’ANR, comprenant la publication, le calendrier et les formulaires de soumission des différents appels
à projets ;
iii) le renforcement du continuum amont et aval de la programmation scientifique de la recherche animé par Aviesan.
Au total, le plan d’action peut aboutir à la fin de l’année 2015 à une organisation cohérente, inclusive et évolutive. Cette cohérence favorisera une meilleure gouvernance et une plus grande participation des communautés scientifiques actives dans le domaine de la recherche en santé. Le dispositif pourrait
ainsi être activé dès 2016. L’organisation d’un cycle annuel de réflexion sur la programmation fera alors évoluer périodiquement les priorités identifiées afin de satisfaire au mieux les objectifs stratégiques de la recherche en santé conduite en France.

Publicités
Cet article, publié dans Comptes de la Nation, Gouvernance, International, Politique de santé, Recherche, Système de santé et gouvernance, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s