Quelles stratégies face aux mutations de l’économie de défense mondiale ?

Cette étude détaille les stratégies mises en place par les États et les entreprises dans le contexte des transformations qui ont affecté le marché mondial de l’armement et les budgets publics de défense depuis les années 1990.
En tant que régulateurs, clients et parfois producteurs, les États demeurent des acteurs centraux du marché de la défense. La première partie de l’étude se place de leur point de vue. S’adaptant à
l’évolution du contexte international, et dans certains cas national, les pays importateurs d’armement comme les pays du Golfe ont modifié leurs sources d’approvisionnement, altérant le rapport de force entre pays producteurs et acheteurs. Conscients que cette reconfiguration exacerbe la concurrence internationale, les États disposant d’une industrie d’armement de premier rang mettent en oeuvre des politiques visant à faciliter et soutenir les exportations de leurs entreprises domestiques. Leur marge de manoeuvre étroite au plan budgétaire en pousse certains à se tourner vers la coopération. Néanmoins, s’accorder sur une politique industrielle bilatérale requiert de surmonter les rivalités industrielles, d’harmoniser les pratiques, et, surtout, d’accepter les interdépendances. Une autre voie consiste à en revenir aux politiques industrielles, d’autant que de nouvelles menaces, comme celles provenant du cyberespace, créent une demande totalement nouvelle en matière de défense et d’armement, et requièrent une direction et un soutien étatique. Cela ne signifie pas pour autant l’absence du secteur privé, qui joue un rôle central dans la lutte contre les cybermenaces, particulièrement lorsqu’il est question de la protection des infrastructures critiques. C’est pourquoi l’étude défend l’idée qu’une politique dans ce domaine ne saurait être efficace si elle n’inclut pas les acteurs privés.
Ce dernier exemple illustre le fait que les changements affectant la demande des États et leurs priorités ont d’importantes conséquences sur l’industrie qui dessert les besoins en matière de
défense. La seconde partie de l’étude, consacrée à l’offre, montre que la combinaison des évolutions budgétaires et sécuritaires des puissances industrielles militaires européennes et des États-Unis a
conduit les grands acteurs de l’industrie de défense à élargir leur champ d’action et à s’investir dans les marchés dits « adjacents », notamment celui lié à la sécurité nationale. La trajectoire des budgets d’investissement (achats et R&D) pousse également les grands maîtres d’oeuvre à redoubler d’efforts pour exporter là où se trouve la croissance, et à réduire leurs coûts en s’approvisionnant auprès de fournisseurs moins chers. Cette approche a pour conséquence une internationalisation accrue de ces entreprises, notamment via le recours à des chaînes de valeurs mondiales pour les petits composants, mais aussi forcée par les demandes de compensations soutenant les ambitions de création de capacités nationales des pays importateurs.
En Europe, contribuer au développement d’industries militaires dans d’autres régions du monde, via les transferts de technologie, inquiète quant à la capacité de maintenir un avantage technologique de défense. En effet, les pays misent sur l’innovation, et si possible de rupture, pour détenir un avantage opérationnel décisif et un avantage concurrentiel sur le marché international. Ces deux postulats sont toutefois questionnés et il est montré comment ils orientent et restreignent le type d’innovation ainsi produit – innovation marchande et concurrentielle. La réflexion est affinée au niveau micro-économique pour dévoiler comment la logique de l’activité de production militaire tend à favoriser en réalité l’innovation incrémentale dans les entreprises de défense au détriment de l’innovation de rupture.

Publicités
Cet article, publié dans Budget/Finances, Coopération internationale, Coopérations, Défense, Externalisation, Gouvernement, Industrie de santé, Interaction civilo-militaire, Interministériel, International, Opérations, Stratégie, Système de santé et gouvernance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s