La HAS dessine une organisation optimale des équipes pluriprofessionnelles de soins primaires

Depuis plusieurs années, les maisons, pôles et centres de santé se développent autour de la notion d’équipe de soins de premier recours. La Fédération française des maisons et pôles de santé (FFMPS) estime encore récemment dans un communiqué qu’accélérer la nouvelle organisation des soins primaires en structures pluriprofessionnelles « permettrait d’économiser 2 milliards d’euros par an tout en améliorant la qualité des services rendus à la population ». L’enjeu est donc de taille. À la demande de ces accompagnants et de celle du ministère de la Santé, la Haute Autorité de santé (HAS) travaille à la construction de plusieurs supports validés, parmi lesquels une matrice de maturité, publiée ce 3 novembre.

Ce référentiel se veut un « outil pour une démarche qualité itérative, dessinant une organisation optimale mise en place très progressivement, étape par étape, sur plusieurs années » et non « un outil, en l’état, d’évaluation externe pour une labellisation ou encore des financements », prévient l’Agence. Son objectif : aider les équipes pluriprofessionnelles à formaliser un exercice coordonné, à évaluer et à améliorer leur organisation. Il a vocation à être considéré comme un cahier des charges décrivant une organisation cible.

Un référentiel d’analyse et de progression est une grille d’analyse des organisations de soins qui se compose de dimensions et de caractéristiques, contribuant à un ou plusieurs objectifs de l’équipe. Cet outil présente ici :

  • 4 axes, à savoir, travail en équipe, système d’information, projet de santé et accès aux soins, implication des patients ;
  • déclinés en 3 à 5 dimensions (non exhaustives), qui contribuent à organiser une prise en charge de qualité, globale et coordonnée, adaptée au contexte français ;
  • elles-mêmes définies en 5 caractéristiques, correspondant aux éléments de structuration et de performance.

Cette matrice de maturité des soins primaires peut être utilisée directement pour analyser son organisation ou bien encore via un tiers accompagnateur (ARS, URPS, FFMPS, FNCS, UNR Santé…). En pratique, pour une dimension donnée, chaque professionnel de l’équipe pointe les caractéristiques mises en œuvre d’après lui. L’équipe partage ensuite le résultat de ce travail pour obtenir un consensus sur leur organisation en se positionnant, si elle le souhaite, sur une échelle didactique (aucun élément, quelques éléments, la plupart des éléments ou tous les éléments). Et c’est sur cette base que l’équipe définit les objectifs et progressions à atteindre au cours de l’année à venir et ceux des années précédentes à renforcer. Les caractéristiques simples, faisables à court terme et acceptées par l’ensemble de l’équipe, qui n’ont pas été intégrées dans leur façon de travailler peuvent en effet être envisagées, selon les moyens et modalités d’actions à disposition. Une démarche qui peut être renouvelée de manière annuelle pour vérifier l’atteinte des objectifs.

À terme, la HAS proposera en complément un tableau de bord de suivi des interventions envisagées dans le cadre des réseaux de santé ainsi que des indicateurs de pratique clinique.

Publicités
Cet article, publié dans Droit aux soins, Evolutions sociétales, Facteurs démographiques médicaux, Facteurs environnementaux, Formation, Gestion hospitalière, Gouvernement, Interministériel, Management, Prise en charge médicale, Professionnels de santé, Ressources humaines, Système de santé et gouvernance, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s