Un test diagnostique rapide d’Ebola développé par le CEA prêt pour une évaluation clinique en Afrique

Un test diagnostique rapide de l’infection par le virus Ebola chez les personnes symptomatiques développé par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) est techniquement validé pour être évalué cliniquement en Afrique de l’Ouest, rapporte l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan).

Le dossier de presse de l’Aviesan vise à présenter les projets de la recherche française portant sur l’épidémie d’Ebola et notamment la mise au point de traitements.

L’épidémie impose de réaliser des tests localement, or actuellement seule la mesure de l’ADN viral par RT-PCR qui demande entre trois et sept heures, est validée. Cette technique doit être réalisée dans des conditions de sécurité importantes: des laboratoires P3 améliorés ou des laboratoires P4.

Dans le document diffusé à la presse, Aviesan décrit une absence de standardisation des techniques utilisables sur le terrain. Plusieurs équipes de recherche françaises ont travaillé à la mise au point de tests rapides. Le plus avancé est celui développé sous la direction de Laurent Bellanger du CEA.

Le test immunologique eZYSCREEN sera utilisable sur le terrain avec une goutte de sang. De la taille d’un ticket de métro, il détecte la présence du virus en 10 à 15 minutes chez les patients symptomatiques. Sa validation technique par le laboratoire P4 Jean Mérieux-Inserm de Lyon est achevée et quelques centaines de tests ont été produits.

Un deuxième lot de 300 à 500 tests sera disponible fin octobre pour une validation clinique dans la zone épidémique. A l’issue de cette validation clinique, la société Vedalab compte pouvoir assurer une première production de 15.000 tests dans les quatre semaines suivantes puis davantage.

Ce test immunologique ne détecte pas des anticorps spécifiques produits par les personnes infectées car les malades ne développent que très tardivement des anticorps, explique le CEA dans un communiqué distribué lors de la conférence de presse de l’Aviesan. Les anticorps sont détectables souvent en faibles quantités et uniquement chez les personnes convalescentes. Ce sont donc des antigènes viraux de la souche Zaïre qui seront détectés.

Source: Aviesan – APM International

Publicités
Cet article, publié dans Afrique, Coopération internationale, Epidémiologie, Ethique, Industrie de santé, Interministériel, International, Maladies transmissibles, Pathologies majeures, Professionnels de santé, Recherche, Risques et menaces, Système de santé et gouvernance, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s