 L’Académie des sciences inquiète de la baisse du financement public de la recherche

L’Académie des sciences redit sa préoccupation face à une situation de la recherche qui continue à se dégrader, dans une communication élaborée à partir des contributions de son groupe de travail Structures de la recherche publique en France, créé en 2012.
Intitulée « Inquiétudes dans les laboratoires de recherche », cette communication fait suite au rapport « Remarques et propositions sur les structures de la recherche publique en France » de septembre 2012, qui constituait la contribution de l’Académie des sciences aux Assises de la recherche de novembre 2012. Elle fait également suite au « Cri d’alarme » de l’Académie de décembre 2013, lancé face à l’éventualité d’une réduction du budget de la recherche.
La communication «Inquiétudes dans les laboratoires de recherche», votée à l’unanimité par le Comité restreint de l’Académie des sciences le 30 septembre dernier, a été adressée mardi 7 octobre au président de la République, au Premier ministre, aux membres du gouvernement concernés par le sujet, ainsi qu’au président et au vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst).

« La situation ne fait hélas que s’aggraver. De nombreux laboratoires se débattent pour survivre dans un environnement défavorable et un contexte international de plus en plus compétitif », s’alarme l’Académie des sciences dans un communiqué dans lequel elle pointe du doigt la forte diminution des crédits de l’Agence nationale de la recherche (ANR). En 2011, l’ANR disposait d’un budget d’intervention de 728,5 millions d’euros, dont 557 millions d’euros au titre des appels à projets relevant de sa programmation annuelle. En 2012, ces financements d’appel à projet ne représentaient plus que 555,5 millions d’euros avant de tomber à 432,5 millions d’euros pour l’année 2013.

« La forte diminution des crédits de l’ANR affecte sévèrement les « projets blancs » et tarit une importante source de financement des chercheurs qui se lancent dans des recherches originales », estime l’Académie qui juge que la sélection favorise trop souvent les thèmes de recherche « à la mode ». L’Académie renouvelle ses recommandations de 2012, à savoir l’application de mesures de simplification de la gestion de la recherche.

« Dans cette période de difficultés économiques et budgétaires, l’Académie est bien consciente que les efforts ne peuvent passer que par des solutions originales, mettant en jeu la créativité de tous. […] L’Académie est prête à faire des propositions. En particulier une partie du crédit-impôt-recherche, servant actuellement de soutien à des secteurs éloignés de la recherche scientifique et de l’innovation, pourrait être redirigée vers les besoins réels des laboratoires », conclut l’Académie pour qui « une redéfinition du périmètre du crédit-impôt-recherche permettrait de mieux dynamiser la recherche et l’innovation ».

Publicités
Cet article, publié dans Gouvernance, Recherche, Système de santé et gouvernance, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s