Les Etats-Unis adhèrent à l’esprit et aux objectifs humanitaires de la convention d’Ottawa

Washington n’a toujours pas signé la Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction (18 septembre 1997). Mais le Département d’État (DoS) a indiqué hier dans un communiqué que les États-Unis adhéraient désormais à « l’esprit et aux objectifs humanitaires» de cette convention.

Le DoS a annoncé qu’il n’utilisera plus ce type d’armes sauf dans la péninsule coréenne en raison des spécificités de cette situation. Il renonce ainsi à produire ou acquérir des mines antipersonnel et se prépare à détruire la part de ses stocks qui n’aurait pas vocation à être utilisée en Corée. D’après le Pentagone, les États-Unis n’auraient plus que 3 millions de mines en stock (10 millions en 2002). Ainsi, le gouvernement américain n’encouragera aucun État à stocker et/ou utiliser des mines antipersonnel hors de la péninsule.

Publicités
Cet article, publié dans Droit international humanitaire, Facteurs environnementaux, International, Risques et menaces, USA, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s