Une cible thérapeutique finement régulée : vers de nouveaux antipaludiques

Dans un contexte où la résistance de Plasmodium à l’artémisinine, dernier traitement efficace contre le paludisme, devient un obstacle dans la lutte contre la maladie, des chercheurs de l’Institut Pasteur et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont résolu la structure tridimensionnelle d’une nouvelle cible thérapeutique. Nommée SUB1, cette protéine joue un rôle essentiel lors de la sortie du parasite des cellules hôtes puis, dans son entrée dans de nouvelles cellules. Ces résultats, publiés dans la revue Nature Communications, le 10 septembre 2014, décryptent le mécanisme d’activation de SUB1, étape initiale engageant le processus de sortie du parasite des cellules hôtes. De plus, les informations structurales permettent d’optimiser le développement d’inhibiteurs de SUB1 dans le but d’identifier de nouveaux candidats antipaludiques.

Lire le communiqué de presse de l’Institut Pasteur et du CNRS.

Publicités
Cet article, publié dans Epidémiologie, Maladies transmissibles, Pathologies majeures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s